Livraison gratuite à partir de 30 euros
bannière avec les logos Bio et Ecocert Cosmos Organic

Mieux comprendre la cosmétique BIO

Vous êtes intéressés par ce Blog? C’est, à priori, que vous considérez la certification BIO des produits cosmétiques très importante pour vous. Ça tombe bien, nous aussi ! Tellement d’ailleurs, qu’on a prévu de faire ce post en plusieurs parties pour traiter le sujet correctement.

Ce n’est pas forcément évident de comprendre la différence entre cosmétiques conventionnelle, cosmétique naturelle et cosmétique BIO certifiée. En échangeant avec la communauté des Poulettes, nous l’avons en effet constaté.

Tout le monde parle de Beauté Verte. Les actifs naturels sont plus que jamais mis en avant. Les controverses concernant les conservateurs sont un sujet connu du grand public…
Et pourtant, le BIO reste encore une catégorie assez confidentielle dans l’univers de l’hygiène-beauté. À ce jour, la cosmétique BIO ne représente encore que 5% du total des ventes de cosmétiques.
Vous faites donc partie d’un club Select de consommatrices (encore minoritaires, mais exigeantes et engagées). Et on vous en remercie!

Quelques notions de réglementation :

En Europe, les produits cosmétiques doivent être conforme au Règlement du Parlement Européen et du Conseil, du 30 Novembre 2009 (et à ses différentes modifications).
La réglementation cosmétique s’adapte en effet à l’évolution de nos connaissances en matière de santé et à nos choix éthiques et environnementaux.

L’interdiction des tests sur les animaux en Europe est, par exemple, assez récente quand on y pense : 2013. Et celle de certains parabènes (tels que l’isobutyl ou le phényl paraben) ne date que de 2014. Le methylisothiazolinone (MIT), un conservateur à l’origine de nombreux cas d’eczéma allergique chronique, a disparu de la composition de produits sans rinçage en 2017. Quant au D5 (aussi appelé Cyclopentasiloxane), c’est un silicone qui cumule le statut de perturbateur endocrinien et la caractéristique d’être bio-accumulable (boouuuh) . Il est donc non-biodégradable et abîme les océans. (Re boouuuh). Il a été proscrit en janvier de cette année 2020. Les poissons en frétillent de bonheur et nous aussi.

Précisons que l’Europe a tout de même une liste de 1300 ingrédients interdits. Alors qu’aux USA, il n’y en a que… 30. Nous ne sommes donc pas si mal lotis de ce côté de l’Atlantique, tout de même.

Cela dit, c’est de votre corps qu’il s’agit. Donc vous êtes en droit d’exiger une sécurité maximale de vos produits. Le « Il faut souffrir pour être belle », c’est complètement dépassé, parole de Poulette.

Le principe de Précaution du BIO : jamais trop prudents

La Loi Européenne autorise cependant encore à ce jour de nombreux ingrédients jugés indésirables par différentes organisations ou associations de consommateurs. C’est notamment le cas de nombreux conservateurs considérés comme de potentiels perturbateurs endocriniens. Cela évoluera sans doute mais en attendant, pour ne pas prendre de risques, c’est une bonne idée de se tourner vers du BIO.

En effet, les labels BIO qui certifient nos produits (Ecocert et Cosmos Organic) prônent le principe de précaution.

Ils imposent aux marques certifiées BIO, comme Les Poulettes Paris, des normes beaucoup plus strictes que la réglementation en vigueur et interdisent donc les ingrédients ou familles d’ingrédients suivants :

image de synthèse de molécules
tableau des ingrédients interdits dans la bio-cosmétique

Cette liste noire de la beauté verte certifiée n’est pas exhaustive mais donne une bonne idée de ce que des cosmétiques BIO ne contiennent pas.

Pour en savoir plus voir « Les fiches des molécules toxiques à éviter » sur le site de Que Choisir

Mais pourquoi les marques non BIO utilisent encore des ingrédients controversés ?

Vous allez nous demander : si ces substances sont potentiellement dangereuses ou polluantes, pourquoi les marques ne s’obligent pas toutes à les éviter, indépendamment du label BIO ?

Très bonne question.
Cela s’explique, entre autres, par la difficulté à formuler un système conservateur efficace en utilisant uniquement une palette restreinte de conservateurs agréés BIO. En plus, ces matières premières sont plus coûteuses!

Par exemple, en cosmétique conventionnelle, une bonne petite dose de phenoxyethanol (facile à produire, pas cher et radical contre plein de bactéries) et le tour est -presque- joué.

bulles vues au microscope

La formulation BIO interdit le phenoxyethanol potentiellement irritant. Il va falloir se casser la tête au labo pour faire un mélange complexe et savamment dosé de 3-4 actifs (souvent des sels d’acides organiques, de l’acide sorbique, salicylique ou déhydroacétique, du benzyl alcohol…), pour parvenir à la même efficacité. Il n’est en effet pas question d’utiliser des conservateurs doux ni de faciliter une contamination bactérienne ou de risquer une oxydation trop rapide de la formule.

Á noter :

L’Éthanol (alcool de base, le même que celui de vos cocktails préférés) est autorisé en BIO. Il n’est pas dangereux, toxique ou polluant mais chez Les Poulettes Paris, on le juge potentiellement asséchant pour la peau, donc on se l’interdit également dans nos formules. Pour l’apéro par contre, on ne dit pas non !

La semaine prochaine on vous parle des labels et des ingrédients naturels !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Laisser un commentaire

×

Panier